Questions
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Questions

Ce sit bla-bla
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

 Medias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'Affaire Dreyfus (L ES)

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 36
Date d'inscription : 23/03/2020

Medias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'Affaire Dreyfus (L ES) Empty
MessageSujet: Medias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'Affaire Dreyfus (L ES)   Medias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'Affaire Dreyfus (L ES) EmptyMar 24 Mar - 19:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://t-es-4.cours.net
Admin
Admin


Messages : 36
Date d'inscription : 23/03/2020

Medias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'Affaire Dreyfus (L ES) Empty
MessageSujet: Re: Medias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'Affaire Dreyfus (L ES)   Medias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'Affaire Dreyfus (L ES) EmptyJeu 26 Mar - 9:21

Mise au point sur "1958 et le retour de de Gaulle" :

Dans le thème "Média et crises politiques", cette année 1958 est symptomatique.
Plantons le décor !
Sur le plan politique, la France de la IVe République n'en finit pas de s'enfoncer dans la guerre d'Algérie débutée en 1954. En 1956, ce qui n'était alors qu'un soulèvement inorganisé de certains Algériens, devient la guerre, preuve en est cette année-là la France décide d'envoyer en Algérie les jeunes gens du service militaire (jusqu'alors, seuls les militaires de carrière y étaient). En 1958, le FLN a gagné des positions, est puissant et à Paris, des voix commencent à demander l'abandon de l'Algérie, d'autres l'intensification de la guerre. Bref, la discorde. A un point tel que le 13 mai 1958, le pays n'a plus de Président du Conseil (Premier Ministre) : personne ne veut ou ne peut être désigné à ce poste depuis plusieurs semaines.
Sur le plan des médias, le paysage a changé depuis la guerre de 1939-1945. En 1945, de Gaulle avait fait voter un nouveau statut de la presse : la presse était libre. Si, en 1958, la presse écrite est triomphante (quotidiens, hebdomadaires, mensuels), un nouveau média fait une entrée fracassante : la radio. Naissante en 1936, vitale pendant la guerre (BBC et la résistance), elle se développe après la guerre. Deux raisons à cela : l'invention du transistor pendant le conflit permet de produire de petits postes de radio transportables (https://www.decitre.fr/livres/le-poste-a-transistors-a-la-conquete-de-la-france-9782869381926.html - Quand eBay nourrit les cerveaux !) et l'émergence de journalistes et de techniciens qui croient en l'avenir de ce média. Le point important est que l'Etat a le monopole de l'émission sur le territoire français : personne n'a le droit d'installer d'émetteur, sauf l'Etat qui est incarné par la RTF (Radiodiffusion-télévision française) fondée en 1949. Quatre ou cinq stations la composaient (Inter, France Culture, France Musique), c'étaient des chaines assez tristes (https://www.ina.fr/video/CAF97515015/la-crise-ministerielle-video.html) et surtout à la solde du gouvernement. Des chaines coloniales y étaient rattachées, comme radio Alger. A partir de 1954, certaines sociétés privées de radios apparaissent et comme elles n'ont pas le droit d'émettre depuis la France, leurs émetteurs sont dans les pays voisins (toujours le cas aujourd'hui) et émettent donc en direction de la France : c'est Europe I (Allemagne), Radio Luxembourg (RTL), Radio Andorre ou RMC. Ces radios sont dynamiques : elles ont un ton plus enlevé, plus gai (https://www.youtube.com/watch?v=pa0t9-0L_og&feature=youtu.be&t=79), elles passent plus de musique, mais aussi plus de publicités (ressources financières). Ce qui fait l'atout principal, c'est le direct. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_radio_en_France#Radios_périphériques)

Voilà ! Une presse écrite puissante, une presse radio en plein essor avec une radio d'Etat rébarbative et des stations périphériques jeunes et dynamiques ! Les Français s'équipent et écoutent régulièrement la radio, chez eux, sur les chantiers, dans les casernes !
Eclate la crise du 13 mai 1958 ! Ce jour-là à Alger doit avoir lieu sur la plus grande place d'Alger un hommage rendu à trois soldats français tombés pour la Patrie et horriblement mutilés par le FLN (https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000000068/le-13-mai-1958-et-ses-consequences-a-paris-et-alger.html). Spontanée ou organisée, la foule présente s'en prend au gouvernement qu'elle accuse de vouloir brader l'Algérie : le Forum, siège du pouvoir français, est pris d'assaut et rapidement des militaires hauts gradés (général Salan, commandant de toute l'armée en Algérie, et Massu*, commandant des troupes sur Alger) décident de faire sécession : l'Algérie est désormais sous leur contrôle, c'est le putsch d'Alger. A Paris, ce même jour, un nouveau Président du Conseil (enfin !) est investi , c'est Pierre Pflimlin. Il condamne le coup d'Etat, demande l'arrestation des généraux rebelles et ordonne la coupure de toutes les communications avec l'Algérie (téléphone, liaisons maritimes et aériennes). Les mutins ont pris le contrôle de Radio Alger qui diffuse sur l'ensemble de la colonie. Commence alors une guerre des ondes : la RTF diffuse ce qu'elle veut sur ce qui se passe en Algérie (informations fausses et tronquées) et Radio Alger (informations partisanes).
Dans ce contexte, les Français veulent savoir ce qui se passe réellement là-bas, car ils y ont un frère, un père, un cousin engagé dans le conflit. Et c'est là qu'interviennent les radios périphériques, ce qui va faire leur succès ! Ils vont informer objectivement les Français. Elles écoutent Radio Alger, envoient des journalistes sur place pour faire des directs et des comptes-rendus. La presse écrite est trop rigide pour faire un rapport sur une situation qui évolue chaque heure : la radio est plus souple, plus réactive, c'est son point fort ! Incontestablement, les Français comprennent très vite que la IVe République ne contrôle plus rien.
Pour couronner le tout, de Gaulle, retiré depuis 1953 dans sa demeure de Colombey-les-Deux-Eglises (Marne), sort de sa réserve pour annoncer qu'il est prêt à sortir (une fois de plus, serait-on tenté de dire !) de sa réserve pour sauver la France (https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000000069/l-arrivee-au-pouvoir-de-charles-de-gaulle-en-1958.html), lui qui avait tant vitupéré contre la IVe République en 1947. Chose étonnante : les putschistes d'Alger, des généraux, ont fait comprendre au gouvernement Pflimlin qu'ils rentreraient dans leurs casernes si de Gaulle, aussi général, revenait au pouvoir. Salan et Massu sont persuadés que de Gaulle est pour le maintien de l'Algérie dans le giron de la France ! De là, à voir la patte de de Gaulle sous ce coup d'Etat !

Pour se résumer : au soir du 13 mai 1958, il y a trois lieux en confrontation. Paris, centre légitime du pouvoir, essaie de réprimer le coup d'Etat, Alger, avec ses généraux s'est déclaré en sécession de la France (une sorte d'Algérie française) et Colombey, lieu d'où de Gaulle attend qu'on lui confie le pouvoir. Entre tous ces centres de pouvoir, la presse fait pencher la balance du côté de de Gaulle qui est rappelé au pouvoir à la fin mai 1958.


*Les relations entre le général De Gaulle et Jacques Massu furent parfois compliquées. On raconte qu’à son arrivée à Alger en 1958, De Gaulle accueilli par Massu, lui lança :
« Alors Massu, toujours aussi con ? »
Celui-ci n’hésita pas à rétorquer :
« Toujours gaulliste, mon général ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://t-es-4.cours.net
 
Medias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'Affaire Dreyfus (L ES)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Questions :: Votre 1ère catégorie :: Histoire-
Sauter vers: